Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/01/2016

Accu Apple M8433G/B

Goed nieuws voor ‘hoverboard’ liefhebbers (je weet wel, die zelfbalancerende dingen met wieltjes die hoe dan ook toch hoverboard worden genoemd), er is een oplossing voor het probleem met de in brand vliegende batterij.

Hoverboards mochten al niet meer mee op vliegtuigen in de VS door het brandgevaar dat de batterijen van deze ‘hoverboards’ veroorzaken. Dit vormt een probleem aangezien het zeker in dat land het populairste feestdag geschenk was afgelopen jaar.

Probleem

Er zijn meldingen van een hoverboard die de oorzaak zou zijn van een woningbrand, doordat de batterij in brand vloog. Zo is er inmiddels ook een winkelcentrum ontruimd om diezelfde reden. Het lijkt daarbij niet uit te maken of het hoverboard aan de oplader is aangesloten of niet. Het probleem zit hem in de kwaliteit van de oplaadbare lithium-ion batterijen die erin zitten.

Er zijn veel bedrijven, voornamelijk in China, die de batterijen zo goedkoop mogelijk willen maken en dat laat nog wel eens te wensen over wat betreft de kwaliteit.

Oplossing

Gelukkig zitten de slimme koppen van deze wereld niet stil en is er een oplossing gevonden door onderzoekers van Stanford-universiteit. Zij hebben een batterij gemaakt die zichzelf afsluit als het dreigt te warm te worden. De batterij gaat vervolgens pas weer aan als de interne temperatuur een veilig niveau heeft bereikt. Behalve dat het een stuk veiliger is met deze batterij verlengt de uitvinding ook nog eens de levensduur ervan.

De onderzoekers hebben een dun elastisch laagje met een geleidend puntig deeltje van nikkel toegevoegd dat zich om de batterij bevind. Doordat de batterij uitzet als het te warm wordt, raakt het geleidende deeltje los van de batterij waardoor het niet meer werkt, totdat de batterij weer in zijn oude staat verkeerd.

Een uitvinding als deze, hoe simpel het ook klinkt, kan voor vele oplaadbare gadgets gebruikt gaan worden waardoor het aantal branden dat deze gadgets veroorzaken drastisch verlaagt kunnen worden.

De Philips Power Potion DLP3003 is weer eens wat anders dan de geijkte balk-vormige powerbank. Bijkomend voordeel van het visueel prettige design: geen scherpe randen of hoeken, dus prikt niet in je been of zij. Haal de kap eraf (die verbonden is met een rubberen band) en er verschijnt een lightning-connector die je smartphone of tablet verbindt met een 3000mAh-batterij. Aan de onderkant vinden we een USB-poort en ook een micro-USB-poort:

Aanvankelijk dachten sommigen dat het hier slechts om een concept ging, maar de charger is daadwerkelijk te koop in Hong Kong. Daar kost hij 249 Hong Kong-dollar, oftewel 29 euro. Koopje dus. Of en wanneer hij hierheen komt en tegen welke prijs? Geen idee.

Weer een paar maanden verder meldde The Guardian dat het documenten in handen had van Apple waarin staat dat het bedrijf testlocaties zoekt. Eén plek zou het GoMentum Station in San Francisco zijn. Hier worden soms in het geheim autonome voertuigen getest.

Domeinnamen en mogelijke komst van de auto

Een paar dagen geleden kwam Apple weer in het nieuws, waarbij media direct wezen op hints voor de auto. Apple had namelijk drie domeinnamen geregistreerd die er naar hintten: apple.car, apple.cars en apple.auto. Ze zouden echter ook gebruikt kunnen worden voor CarPlay, het besturingssysteem van Apple’s iOS in de auto.

Wanneer en of er überhaupt een auto van Apple komt, weten we simpelweg niet. Anonieme bronnen denken dat de productie nog niet eens begonnen is. De eerste modellen van de vermeende Apple Car zouden rond 2020 van de productieband moeten rollen. Waarschijnlijk betreft het een elektrische auto, wellicht zelfs eentje die zelfrijdend is.

De batterij van mijn mobiel is aan het einde van de dag helemaal leeg op CES. En ik loop tussen de 10/15 km per dag op de beurs. Het zou mooi zijn om die energie om te kunnen zetten in elektriciteit. Met Ampy kan dat, elektronische apparaten worden dan opgeladen doordat jij aan het lopen bent.

Met een druk op de knop allerlei apparaten aansturen. Met de draadloze flic button kan je dat makkelijk doen. Deze drukknoop die niet veel groter is dan twee knopen van een winterjas stelt je in staat om verschillende verbindingen te maken met apps en apparaten.

Klein, kleiner, kleinst. Dit is van toepassing op de Cube, een handige 'eight in one tool' voor aan je sleutelbos. Van opslag capaciteit (via microUSB) tot een mogelijkheid tot het aansluiten van een 9 volt batterij om je smartphone nog wat juice te geven, het kan met de cube.

De vraag naar een slimmer huishouden is sterk toegenomen de laatste jaren. Als gevolg daarvan, en het feit dat er nog altijd geen grote winnaars is op het gebied van domotica, proberen tal van bedrijven hun ‘piece of the pie’ te pakken. Belkin, voornamelijk bekend om hun netwerkapparatuur, doet dat met hun WeMo ecosysteem. Onder de WeMo vlag worden momenteel al tal van producten verkocht en er zijn even zo veel aankondigingen van nieuwe producten te vinden.

Vandaag gaan we de eerste stappen zetten in de wereld van WeMo om te kijken wat Belkin ons te bieden heeft. We gaan kijken naar de ‘slimme’ LED lampen, de switch, en de camera. Andere producten in de WeMo range heb ik simpelweg (nog) niet, dus hoewel ik de mogelijkheden van het WeMo ecosysteem aan ga halen kan ik daar uiteraard niet te diep op in gaan. Wellicht voer voor een vervolg in de toekomst. We gaan beginnen met de fysieke producten te bekijken, daarna gaan we kijken naar de installatie en het daadwerkelijke gebruik.

Mijn WeMo avontuur begon met de LED starter kit, een set bestaande uit een controller en twee lampen verkrijgbaar vanaf 69 euro. Nu heb ik deze set van iemand anders overgenomen, dus helaas kan ik niet showen hoe de verpakking er uit ziet of wat er exact in zit. Aan de andere kant gaf het een interessante uitdaging: WeMo zou simpel moeten zijn, dus dan kan ik toch zeker wel installeren zonder handleiding?

De Link vormt de basis en is een onmisbare schakel wanneer je meerdere WeMo lampen wilt gebruiken. De lampen zelf maken gebruik van het ZigBee protocol en zodoende heb je één Link nodig in je huis om de lampen te kunnen beheersen. Deze Link prik je ergens in het stopcontact, uiteraard binnen het wifi bereik van je netwerk, en daar doe je verder niets meer mee. De enige knop die we dan ook terugvinden is een reset knop. De Link bevat een LED die knippert tijdens installatie, opstarten, e.d. maar tijdens normaal gebruik geeft deze geen licht af. Het kastje is fysiek stevig en ziet er ook keurig uit. Heel onopvallend is hij met zijn diepte uiteraard niet. Je kan maximaal 50 lampen aan één Link koppelen, dus de kans dat je er meerdere nodig hebt is vermoedelijk niet heel groot.

De lampen zien er fysiek ook goed stevig uit, al mag dat ook wel voor de prijs. Losse lampen kosten ca 29 euro. Hoewel in Amerika tal van verschillende lampen beschikbaar zijn lijkt de keuze in Nederland vooralsnog wat beperkt, ik ben enkel E27 (standaard grote fitting) dimbare lampen tegen gekomen met wit licht (3.000K) afgeven. De vraag is uiteraard of en wanneer de andere kleurtonen die momenteel al bestaan ook naar Nederland gaan komen, want de ‘tunable white’ set die verschillende wittonen kunnen weergeven lijken best interessant. RGB lampen zijn overigens nog niet uitgebracht maar wel aangekondigd, RGB LED-strips zijn er wel in de States maar je raadt het al: Niet in Nederland.

25/01/2016

Batterie Lenovo ideapad s10-3-20039

Si les amendements visant à donner la priorité au logiciel libre n’ont pas été retenus par l’Assemblée, ceux portant sur la question de l’OS souverain ont en revanche été adoptés mercredi soir par les députés. L’article 16 ter du projet de loi pour une République numérique prévoit ainsi la création d’un « commissariat à la souveraineté numérique rattaché aux services du Premier ministre » chargé de livrer un rapport sur la question de la souveraineté numérique ainsi que sur la « mise en place, sous l’égide de ce Commissariat, d’un système d’exploitation souverain et de protocoles de chiffrement des données. »

Pas vraiment de blanc seing pour le développement d’un OS national donc, mais un premier pas en direction d’un projet de ce type. L’idée avait déjà été débattue en commission des lois : deux propositions similaires avaient été déposées d’une part par Delphine Batho et Laurent Granguillaume et en face par Martin Lalande et plusieurs députés des Républicains.

Alors, transpartisan l’OS souverain ? Au vu des positions exprimées dans l’hémicycle, celui-ci ne semble pas mettre tout le monde d’accord : le député LR Lionel Tardy avait ainsi déposé un amendement proposant le retrait pur et simple de cet article. « La présence cet article prouve que l’on n’a visiblement pas encore tiré toutes les conséquences de l’échec des tentatives de cloud souverain » expliquait devant l’hémicycle le député, rappelant au passage la défiance des internautes à l’égard de l’idée. Un avis partagé par Luc Belot, le rapporteur du texte, qui exprime un avis défavorable.

Fini de rire
À contretemps du rapporteur, Axelle Lemaire rappelle que l’article ne porte pas uniquement sur la question d’un OS souverain, mais bien sur l’idée d’engager une réflexion plus large sur la question de la souveraineté numérique. Une souveraineté numérique qui « ne doit pas être simplement tournée en ridicule » aux yeux de Delphine Batho. Pour le député Martin Lalande, cette question va dans la logique du texte « On renforce la maîtrise individuelle face au numérique, mais il serait absurde d’abandonner l’idée de la maîtrise collective. Nous évoquions il y a peu la question du logiciel libre : il n’y a pas de logiciel libre sans un OS souverain » rappelle-t-il.

Un réquisitoire qui a fait mouche : l’article 16ter a été adopté par l’Assemblée nationale, malgré les objections soulevées. Si certains fustigent déjà les coûts nécessaires au développement d’un tel OS, rappelons néanmoins que le gouvernement ne s’engage pas outre mesure. Le texte prévoit en effet la création d’un rapport et d’une commission sur le sujet, ce qui laissera largement le temps de faire marche arrière si le projet est finalement jugé inapproprié.

Depuis le scandale des enfants qui travaillaient dans les usines d'assemblage des Smartphones et autres produits High-Tech en Asie, il y a quelques années, les géants du secteur ont pris des mesures pour garantir le respect et les conditions de travail chez leurs sous-traitants. Mais Amnesty International pointe, dans un nouveau rapport, que des enfants sont toujours exploités... dans les mines de Cobalt.

Les batteries au Lithium utiliseraient du Cobalt extrait par des enfants

Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas un scandale de ce type : une enquête d'Amnesty International menée en République Démocratique du Congo et dévoilée par la chaîne britannique BBC, aurait découvert que les exploitants des mines de Cobalt font travailler des enfants.

Le Cobalt est un des éléments-clé des batteries au Lithium utilisées par tous les géants de la high-tech : smartphones, baladeurs, montres connectées, tablettes et ordinateurs portables... quasiment toutes les batteries rechargeables d'aujourd'hui sont au Lithium. Ces mines de Cobalt fourniraient, selon l'ONG Amnesty International, l'ensemble des grands groupes.

L'ONG aurait découvert que des enfants passent parfois 24 heures d'affilée dans les tunnels et qu'ils sont parfois âgés de seulement 7 ans. L'extraction de Cobalt présente, qui plus est, de gros risques pour la santé et les conditions de sécurité ne sont pas réglementaires : 80 mineurs seraient morts entre septembre 2014 et octobre 2015 d'après l'enquête.

Apple, Samsung, Sony... tous concernés

La République Démocratique du Congo produit près de 80% de l'ensemble du Cobalt extrait dans le monde et ce sont les géants de la high-tech qui l'utilisent. L'ONG accuse donc indirectement Apple, Samsung, Microsoft, Sony et les autres d'utiliser le travail de mineurs. Une accusation grave de laquelle les marques se sont très rapidement défendues.

Apple a déclaré à la BBC que le travail des mineurs n'est jamais toléré chez ses fournisseurs et que le groupe mène des audits indépendants sur la question. Samsung, de son côté, prône sa politique de tolérance zéro envers le travail des enfants.

Apple aurait une solution pour dépasser l’autonomie limitée des batteries au lithium-ion. Selon les sites spécialisés qui gardent un œil sur les dépôts de brevets de la marque à la pomme, le géant américain vient d’homologuer un « système de pile à combustible qui alimente un ordinateur portable ».

Ce nouveau système devrait intégrer les MacBook pour leur donner une autonomie allant de quelques jours à une semaine et ce, sans les alourdir. Les ingénieurs seraient ainsi parvenus à résoudre le défi de la compacité de ces piles réputées écologiques et puissantes.

Borohydrure de sodium, silicate de sodium ou hydrure de magnésium
Généralement composées d’hydrogène, les piles à combustible présentées par Apple, elles, feraient intervenir d’autres composés chimiques : borohydrure de sodium, silicate de sodium, hydrure de lithium ou encore hydrure de magnésium, explique CNET.

Pour rappel, le mois dernier, la société Intelligent Energy a annoncé qu’elle avait pu étendre l’autonomie d’un Iphone 6 à peine modifié à une semaine à l’aide d’une simple pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène.

Plus d'un an après son lancement dans la péninsule indienne, le programme Android One a enfin fini par poser ses valises sur le continent africain, terrain on ne peut plus légitime eu égard aux ambitions de Google. En guise d'ambassadeur, le géant a choisi un terminal signé Infinix, à savoir le Hot 2. Doté d'un écran HD de 5 pouces (12,7 cm), il anime Android en version 5.1 à l'aide d'un SoC à 4 cœurs fourni par MediaTek et couplé à 1 Go de mémoire vive (2 Go pour la mouture dorée). Le stockage est confié à 16 Go de mémoire interne, tandis que deux APN de 8 et 2 Mpx se chargent des prises de vues. Pourvu de deux ports SIM, l'engin s'alimente grâce à une batterie de 2 200 mAh.

Facturé moins de 80 € au Nigéria, l'Infinix Hot 2 est également commercialisé en Côte d'Ivoire, en Égypte, au Ghana, au Kenya et au Maroc. Google souligne que ces six pays cumulent à eux seuls une population de 379 millions de mobinautes potentiels. Il pointe aussi du doigt l'importance du mobile dans l'accès à Internet : selon ses chiffres, 95 % des 50 millions d'internautes nigérians se connectent au moyen de leur téléphone. Autant dire que sur de telles bases, l'avenir du smartphone s'annonce doré.

Naturellement, le programme Android One ne se limite pas à proposer des terminaux à prix très bas. Pour tenir compte du parc d'appareils déjà installés ainsi que des réalités du marché, Google déploie localement une version allégée de son application Google Search. Celle-ci est supposée faciliter la tâche des téléphones et tablettes disposant d'une faible mémoire vive (512 Mo), tandis que sa consommation de données est réduite de 90 % par rapport à l'application standard. De la même manière, YouTube doit bénéficier dans le courant de l'année du même mode hors-ligne qui a été déployé en Inde. Celui-ci permet de conserver les vidéos en mémoire durant 48 heures.

Les montres connectées seront très certainement présentes sous les sapins de Noël en cette fin d’année. Les constructeurs y croient dur comme fer, eux qui arrivent en force sur un marché appelé à devenir la poule aux œufs d’or. Dans une étude publiée mardi 8 décembre, GFK estime que les montres et bracelets connectés devraient truster les premières places du podium. Selon Jean-Marie Philipp, consultant au sein du cabinet d'études, la somme des dix premières catégories d’objets connectés devraient générer plus de 50 Millions d’euros de chiffre d’affaires uniquement sur décembre 2015, représentant ainsi un relais de croissance incontournable pour le marché des biens techniques. Et ce, en raison notamment à une offre nettement plus convaincante que par le passé.

Et pourtant, beaucoup se posent encore la question de l’intérêt réel des montres connectées. Si les trackers d’activité ont un sens, les smartwatches peinent encore à convaincre. Pour preuve? Ce sondage de Wristly qui montre que 9 usagers sur 10 de l’Apple Watch l’utilisent principalement pour regarder l’heure! Une réelle avancée technologique donc.

Les montres connectées sont encore pensées comme de véritables relais du smartphone. Elles donnent accès à l’ensemble de ses notifications, aux mails, aux appels téléphoniques, à la musique, sans avoir à sortir le smartphone de la poche. Les smartwatches permettent d’avoir accès très rapidement à toutes ses informations de manière rapide et discrète. Mais elles ne parviennent pas encore à se libérer de ce redoutable appareil qui ne nous quitte plus. Pire, elles n'arrivent pas à se rendre indispensables via la fameuse killer-app, cette fonctionnalité qui rend indispensable cet objet. Car concrètement, les utilisateurs ont-ils réellement besoin d'être dépendant d'un nouvel écran . Selon une étude publiée par Deloitte en novembre, les Français consultent leur téléphone près de 900 millions de fois par jour! 70% des Français possèdent un smartphone et 53% une tablette. Ils sont 59% à consulter dans l’heure suivant leur réveil leur appareil, et leur premier réflexe lors de cette prise en main reste un usage classique de consultation de messages (39%) et d’emails (18%).

22/01/2016

Batterie Apple M8956J/A

Ce périphérique se distingue en acceptant jusqu’à deux disques durs trois pouces et demie configurables en RAID. Cette technologie permet soit d’améliorer la protection des données soit d’accélérer les débits.

Le MB662U3-2S R1 dispose d’une connectique USB 3.0 offrant des débits théoriques de 5 Gbps et permettra donc de bénéficier d’une forte capacité de stockage amovible.

Le constructeur désigne le MB662U3-2S R1 aux professionnels dans l’industrie des médias qui ont besoin de systèmes de stockages importants et sécurisés.
En embarquant un contrôleur RAID économique supportant quatre modes RAID 0, RAID 1, JBod et « BIG ». Pour rappel le RAID 0 permet d’augmenter les débits et la capacité du volume de stockage en cumulant les performances des deux disques.

Le RAID 1 prévient les pannes matérielles au cas où un l’un des disques serait défaillant. Les données restent donc accessibles et le volume passe à l’état dit « dégradé ».
Le Jbod permet d’utiliser les deux disques indépendamment. Enfin le mode « BIG » cumule la capacité de stockage des deux disques en un unique volume mais sans accélération des débits.

Icy Dock met également en avant une conception dite « conviviale » et une qualité de fabrication supérieure. Le MB662U3-2S R1 a pour bon point un système d’installation des disques sans outil et dispose d’emplacements « hot-plug » (remplacement à chaud). Cette fonctionnalité permet d’insérer les unités de stockage sans démontage ou extinction de l’appareil.

Nous pouvons également souligner l’intégration de LED indiquant la santé du volume de stockage et elles peuvent être désactivées. Les boitiers de stockage externes nécessitent un refroidissement efficace et la marque a aussi concentré ses efforts sur ce point en intégrant un petit ventilateur. Au cas où l’on souhaiterait installer des disques au format 2.5’’, il sera nécessaire de faire appel à des adaptateurs vendus en option.

Les dernières caractéristiques du MB662U3-2S R1 concernent le support des disques SATA I, II et III pour une capacité de 8To par unité. L’état de la reconstruction du RAID est indiqué par une LED dédiée, le châssis est en aluminium, il peut être fixé par un câble de sécurité antivol, il est compatible avec les Mac et sa garantie est d’une durée de trois ans.

la promesse

Si Dell a longtemps misé sur Alienware pour contenter les gamers, le constructeur a bien compris que les joueurs occasionnels, eux, n’ont pas besoin/envie de s’offrir un PC haut de gamme à tête d’alien pour jouer. Avec les nouveaux Inspiron 15 Série 7000, la marque texane vise les casual gamers en leur proposant des PC portables 15,6 pouces à partir de 1000 euros. Ces derniers sont capables de faire tourner les grands classiques du jeu vidéo comme les titres plus actuels sous conditions. Nous avons mis la main sur le modèle le plus haut de gamme, la déclinaison commercialisée à 1300 euros qui vient se positionner face à certains Acer V7 Nitro Black Edition, G551 et G552 d'Asus et autres MSI GE62. Voyons si cet Inspiron tient la comparaison.

la réalité

Les Inspiron 15 Série 7000 ne sont plus aussi sages que dans nos souvenirs. Dell a complétement retravaillé sa copie sur ses ordinateurs portables à écran 15,6 pouces haut de gamme, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est impressionnant. Exit les plastiques brillants et bienvenue à la matière peau de pêche satinée noire sur le capot et les repose-paumes. Toujours aussi agréable à sentir sur la peau, elle conserve néanmoins l’inconvénient d’être complétement perméable aux traces de doigts. Mieux vaut avoir un petit chiffon à portée de main si vous êtes du genre maniaque.

Côté clavier, c’est du tout bon ! Les touches sont séparées, le rétroéclairage de couleur blanche est appréciable pour saisir du texte dans la pénombre et n’éblouit pas du tout.

Dernier détour par le touchpad, sa surface carrée offre une glisse tout à fait agréable et les clics sont clairement délimités par un beau liseré rouge.

Annoncé en grande pompe le 9 septembre dernier, en même temps que les nouveaux iPhone 6s et 6s Plus, l'iPad Pro est une tablette iOS de 12,9 pouces (32,7 cm de diagonale) dotée d'une définition de 2 732 x 2 048 pixels et d'une puce mobile Apple A9X décrite comme plus puissante qu'une bonne partie du marché des composants pour ordinateurs portables. Deux mois après sa naissance officielle, l'iPad Pro entre donc enfin dans sa phase de vente, dans un premier temps dès aujourd'hui mercredi 11 novembre sur l'Apple Store en ligne, puis à partir de vendredi 13 novembre prochain au sein de la distribution physique. Il est accompagné du fameux stylet Pencil et d'un clavier sans fil dédié Smart Keyboard.

Pour la douloureuse, on peut écrire qu'Apple enfonce sérieusement le clou, puisque l'iPad Pro Wi-Fi 32 Go, modèle de base, se négocie à 919 €, quand le modèle le plus cher, à savoir la version 128 Go avec la connexion 4G LTE en plus du Wi-Fi, affiche un prix conseillé de 1 249 €. Le Pencil se positionne à 109 € et le Smart Keyboard à 179 €. Petite sournoiserie pour ce dernier, le modèle AZERTY n'étant toujours pas disponible, Apple commercialise uniquement une version QWERTY jusqu'à nouvel ordre.

Pas sûr que cet accessoire fasse donc un tabac en France pour le moment. A titre de comparaison, un iPad Air 2 128 Go et 4G LTE est vendu 825 €, tandis qu'une Microsoft Surface Pro 4 avec clavier et stylet adopte un tarif de départ d'environ 1 150 €.

On notera que craquer pour une "configuration" complète de l'iPad Pro avec un modèle 128 Go Wi-Fi + 4G LTE, le stylet et le clavier revient à plus de 1 500 €. A ce tarif, venir concurrencer une Microsoft Surface ou un ordinateur ultraportable (MacBook compris), comme c'est le souhait de Tim Cook, PDG d'Apple, semble un peu utopique, surtout au regard de certaines limitations d'iOS en matière de bureautique traditionnelle.

Apple pourrait néanmoins connaître un démarrage fulgurant des ventes d'iPad Pro à force de campagne marketing rouleau-compresseur malin dont la firme s'est fait une spécialité. A noter qu'après plusieurs années de progression et domination sans partage sur le marché des tablettes tactiles, l'iPad voit ses ventes décliner mois après mois depuis fin 2013, notamment à cause d'un concurrence plus mature et pertinente et d'un cycle de remplacement et d'équipement plus long. Apple vend tout de même encore plus de 45 millions d'ardoises par an.