Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/10/2016

Batterie Acer BTP-AID1

Le cabinet Gartner (ici relayé par nos confrères de Silicon) dresse un panorama assez complet des ventes de PC en France durant le 2e trimestre 2016. Sont ici inclus les ordinateurs fixes, les PC portables classiques, les ultraportables et les hybrides type deux-en-un. Ainsi, alors que les ventes au niveau mondial ont reculé de 5,2 % par rapport au 2e trimestre 2015, la France accuse mieux le coup et enregistre une baisse moindre, de 1,1 %. Une meilleure performance qui serait due à l'adoption massive de Windows 10 dans les PME, ce qui a permis de donner un coup de boost au secteur professionnel. L'IT en entreprise est d'ailleurs en progression, avec des ventes supérieures de 5,6 % par rapport à l'année dernière. Le marché grand public, lui, affiche un recul de 7 %.

Si les notebooks classiques représentent toujours une part majoritaire des ventes (47 %), ils perdent du terrain face à la montée des ultraportables et des hybrides. Ces derniers représentent désormais 17 % du marché et, surtout, affichent une belle progression de 13 %. Un segment en forme, donc, et qui va en tout cas dans le sens des prédictions de Microsoft, qui nous déclarait il y a quelques mois que le deux-en-un finirait par remplacer le PC portable classique.
Fin avril 2015, Microsoft annonçait viser le milliard d'appareils fonctionnant sous Windows 10, d'ici la fin de l'été 2018. Un objectif ambitieux, qui semblait relativement crédible étant donné la rapidité d'adoption dont fait preuve le dernier OS de la compagnie. Mais c'était sans compter sur le marché de la mobilité, qui vient jouer les trouble-fêtes.

Difficile de nier le succès de Windows 10 du côté de l'informatique grand public (PC fixe et PC portable), le système d'exploitation étant désormais installé sur plus de 350 millions de machines. Un chiffre cependant à nuancer, les méthodes de Microsoft pour pousser les utilisateurs à passer Windows 10 étant assez agressives, voire très intrusives. Rappelons d'ailleurs que la migration depuis Windows 7 et 8.1 est toujours gratuite, et ce jusqu'au 28 juillet à minuit. Il est donc logique que W10 connaisse un taux d'adoption record, d'autant plus que l'OS est globalement très réussi. Bref, sur le papier, tout était réuni pour que Microsoft atteigne le milliard d'appareils l'utilisant d'ici un peu plus de 2 ans.
La mobilité est une épine dans le pied de MS
Un objectif qui ne sera cependant pas atteint, comme le confirme Yusuf Medhi — vice-président de la division Windows et appareils — à nos confrères de ZDNet :

Windows 10 est un des plus beaux démarrages de l'histoire, avec 350 millions d'appareils actifs, et une satisfaction record des clients. Nous sommes satisfaits de notre progression, mais, en raison de la focalisation sur le business du mobile, il nous faudra plus de temps pour atteindre le chiffre de 1 milliard d'appareils actifs. Traduction : nous sommes réellement à la peine sur la mobilité, un marché dominé par Google et Apple, et nous ne récoltons que quelques miettes. On rappelle en effet que Microsoft a très largement perdu du terrain depuis 1 an, passant de 2,5 % de parts de marché au premier trimestre 2015, à 0,7 % au premier trimestre 2016 et 4,1 % en France. Et, très honnêtement, on voit difficilement comment la tendance pourrait s'inverser.
Le moniteur Acer H277HU embarque une dalle IPS de 27 pouces affichant une définition Quad HD de 2 560 x 1 440 px. Il se démarque de la concurrence par son design et surtout par la présence d'un port USB Type C qui permet d'y connecter un ordinateur portable à l'aide d'un seul câble. Attention, nous avons testé la référence exacte Acer H277HUsmipuz. Le fabricant commercialise aussi deux autres moniteurs partageant le même design et portant quasiment la même référence : l'Acer H277HUsmidpx qui troque l'USB-C et les ports USB 3.0 pour une entrée DVI et audio, et l'Acer H277Hsmidx, à moins de 300 €, qui est en Full HD. Notre Acer H277HUsmipuz est vendu environ 500 €.

Le design est soigné avec un cadre d'écran très fin et même une bordure inférieure relativement discrète. Cette dernière est en plastique avec un rendu de type aluminium brossé plutôt réussi. Enfin, le revêtement de la dalle est mat ; un bon point !Le réglage du pied se limite à l'inclinaison entre -5° et +15°. Il est impossible de régler la hauteur, de jouer sur la rotation ou encore de passer le moniteur en mode portrait. On note ici la finesse extrême de l'écran.L'arrière est en plastique blanc brillant, une matière sensible aux traces de doigt. Sur notre exemplaire de test, le pied est doré, mais ce n'est pas le cas de la version commerciale où le pied est argenté.

L'accès à l'OSD se fait via les cinq boutons présents sous la tranche de l'écran, le sixième étant réservé à la mise sous tension. Comme d'habitude, cette disposition n'est pas des plus agréable et les erreurs de manipulation sont fréquentes. L'OSD est quant à lui plutôt clair et permet de jouer avec pas mal de réglages (Gamma, température, overdrive, luminosité, contraste).Nous avons mesuré la consommation à 20,3 W sur notre mire de test avec un blanc calibré à 150 cd/m². La consommation relative est ainsi de 100 W/m², identique à celle de la moyenne des moniteurs testés au laboratoire.
Sorti du carton, le moniteur Acer H277HU offre une image de qualité. Les couleurs sont fidèles, avec un Delta E — différence entre la couleur demandée et la couleur affichée — de seulement 2,9. La courbe de gamma est pour sa part relativement stable (moyenne à 2,3) et la température des couleurs, maitrisée, se stabilise sur une moyenne de 6 140 K.

Par défaut, la luminosité de 380 cd/m² est trop élevée. Nous ajustons alors la luminosité à 14 pour obtenir un blanc proche des 150 cd/m². La température est toujours placée sur chaud. Avec ces réglages, le rendu n'est pas forcément meilleur. La fidélité des couleurs est un peu moins bonne (Delta E à 3,7), le gamma n'est pas plus stable et la moyenne tombe à 2,1 alors que la température est désormais trop froide (5 670 K). Le passage à la température claire ne change pas la donne avec une moyenne à 7 880 K, un Delta E à 3,4 et un gamma à 2,1.

La calibration est salvatrice sur ce modèle. L'application d'un profil ICC permet de stabiliser les courbes de température et de gamma avec des valeurs parfaites (respectivement 6 500 K et 2,2). De son côté, le rendu colorimétrique est tout simplement parfait (Delta E à 1,5). Ce profil colorimétrique est disponible sur Focus Numérique. Équipé d'une dalle IPS, le moniteur Acer H277HU ne fait pas de miracle en termes de contraste. Nous avons mesuré ce dernier à 1 010:1 ; ce n'est donc pas ce qui se fait de mieux parmi les dalles IPS que nous avons testées, dont les meilleures représentantes dépassent les 1 300:1. L'avantage de la dalle IPS reste ses angles de vision très larges qui réduisent les variations de luminosité lorsque l'utilisateur n'est pas en face de l'écran. Ce moniteur reste très loin des meilleurs moniteurs VA — le Eizo Fortis FG2421 ou le BenQ BL2410PT — dont le contraste dépasse 3 000:1.
Le G551JM appartient à la série ROG qu'Asus destine aux joueurs. Contrairement au modèle 17,3 pouces qui s'adresse aux plus exigeants, ce modèle de 15,6 pouces privilégie la polyvalence aux performances brutes. On trouve donc à l'intérieur un processeur i7, un SSHD et une carte graphique Nvidia GeForce de dernière génération.

Le châssis du G551JM est assez sobre. Il emprunte discrètement le code couleur noir et rouge de la série ROG. L'ensemble du châssis est donc noir, avec un capot en aluminium, un repose-poignet en plastique mat et une base en plastique granuleux, tandis que la couleur rouge est réservée au logo ROG, au cerclage du châssis et aux grilles de ventilation. L'ensemble est correctement assemblé.
L'encombrement le situe dans la moyenne supérieure de ce genre de machine (383 x 255 x 28 mm pour un poids de 2,7 kg).

Les commentaires sont fermés.