Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/03/2017

Batterie TOSHIBA Satellite L510

Contrairement aux habitudes, cette année, mobilité oblige, le discours d'ouverture de l'IDF reviendra à Dadi Perlmutter, vice-président exécutif et directeur général de l'Architecture Group d'Intel, en place de Paul Otellini, PDG d'Intel. Le vice-président devrait parler bien sûr des ultrabooks, mais devrait aussi fournir des détails sur le processeur Core de prochaine génération pour ultrabooks, nom de code Haswell. Plus efficace sur le plan énergétique, ce processeur doit offrir de meilleures performances et plus d'autonomie à la prochaine vague d'ultrabooks attendue pour l'année prochaine. Intel a réduit la puissance des processeurs Haswell à 10 watts seulement, soit moins que les 17 watts consommés par la génération de puces, nom de code Ivy Bridge, que l'on trouve dans les ultrabooks actuels. Pour l'instant, le fondeur a indiqué que 40 modèles d'ultrabooks tactiles équipés de puces Ivy Bridge étaient en préparation, et des constructeurs comme Asus, Dell, Lenovo, Panasonic et Toshiba devraient présenter leurs produits pendant le salon.

« Intel est très établi dans la plate-forme PC, mais le fondeur fait beaucoup d'efforts pour s'implanter sur les marchés du smartphone et de la tablette », a déclaré Dean McCarron, analyste principal chez Mercury Research. « Nous allons voir comment elle va gèrer la plate-forme PC existante, où l'entreprise reste dominante, et comment elle va avancer sur ces nouveaux marchés », a dit l'analyste. Windows 8 peut aussi jouer un rôle favorable dans la croissance de la firme sur le marché de la tablette et du PC : le système d'exploitation à venir de Microsoft dispose d'une interface tactile et fonctionne avec les puces Intel, même si l'éditeur propose aussi une version alternative Windows RT pour tablettes et PC équipées de processeurs ARM.

« Si Windows 8 réussit, Intel réussit », a déclaré Nathan Brookwood, analyste principal chez Insight 64. La différence entre Windows 8 et RT est particulièrement importante pour les fabricants de PC présents sur le marché des entreprises. « Windows RT offre peu de recul en terme de support et c'est un vrai problème pour les entreprises qui ont développé des applications maisons qu'elles ont installées sur les terminaux de leurs salariés », a ajouté l'analyste.Intel donnera également plus de détails sur sa puce Atom pour tablette, nom de code Clover Trail, que Lenovo a intégré dans son très attendu ThinkPad Tablet 2. Selon la firme de Santa Clara, environ une vingtaine de tablettes à base de puce Clover Trail sont en préparation. Si ces processeurs détiennent un avantage en terme de performances, ceux d'ARM sont considérés comme plus économes en énergie. Mais, grâce à son processus de fabrication, Intel compte bien concurrencer son compétiteur sur la consommation d'énergie dans les années qui viennent en fabfricant des puces plus petites et moins gourmandes en énergie.

Avec l'effondrement du marché du PC, Intel mise aussi sur le datacenter, autre secteur d'activité qui lui génère des ressources, avec ses processeurs serveurs, ses équipements de stockage et réseaux. Lors de l'IDF, elle devrait donc aussi evoquer sa stratégie en matière de serveur et de réseau. Le fondeur devrait enfin donner plus de détails sur son processeur Atom basse énergie pour serveurs, nom de code Centerton. La semaine dernière, Quanta QCT a annoncé un microserveur Centerton et devrait montrer son serveur 3U pendant le salon. Sur le salon de Berlin, le coréen a présenté ses premiers terminaux mobiles compatible avec Windows 8, Windows RT et Windows Phone 8. Cette gamme, baptisée ATIV, est composée d'un smartphone, d'une tablette et de deux PC.

IFA 2012 : Samsung dévoile sa gamme ATIV prête à accueillir Windows 8 Avec la sortie programmée de Windows 8 (et sa déclinaison Windows Phone 8) le 26 octobre prochain, les constructeurs partenaires de Microsoft s'apprêtent à dévoiler leurs premiers modèles compatibles. C'est le cas de Samsung qui les a rassemblés dans une gamme baptisée ATIV. Animé par Windows Phone 8, l'ATIV S est un smartphone de 4,8 pouces, équipé d'un processeur ARM double coeur cadencé à 1,5 GHz et compatible HSPA+ (la 3G+). Quant à l'ATIV Tab de 10,1 pouces (1366 x 768 pixels), reposant sur la même puce ARM, elle permettra de profiter de la suite Microsoft Office famille et de ses applications Word, Excel, PowerPoint et OneNote sur sa tablette. Le système d'exploitation retenu ici est par contre Windows RT, la déclinaison pour puce ARM de Windows 8. La tablette accuse un poids de 570 grammes pour une finesse de 8,9 mm. Via les ports USB et HDMI, elle promet d'être compatible avec de nombreux périphériques, claviers et autres accessoires, dédiés à l'origine aux PC.

Les deux portables ATIV Smart PC, sur base Intel cette fois, ont la particularité de se transformer en tablettes 11,6 pouces puisque l'écran, tactile, est amovible. L'ATIV Smart PC et l'ATIV Smart PC Pro sont tous les deux dotés d'un stylet, permettant d'écrire et de dessiner de manière naturelle sur l'écran.La version Pro de l'ATIV Smart PC se distingue quant à lui par une plus grande résolution (1920 x 1080 pixels), un processeur Intel Core i5. L'ATIV Smart PC de base possède en revanche un capteur photo plus puissant (8 mégapixels) et est un peu plus fin (19,9mm) et léger (1,48kg). Les deux sont compatibles 4G. Tous ces appareils seront commercialisés avant la fin de l'année. 12 millions d'identifiants iOS auraient été dérobés sur l'ordinateur d'un agent du FBI. C'est le groupe de hackers AntiSec qui déclare être parvenu à s'emparer de la banque de données grâce à une faille Java exploitée en mars dernier.

Le groupe de hackers, formé d'Anonymous et d'anciens membres de LulzSec, assure avoir dérobé près de 12 millions d'identifiants iOS au FBI. Opérant sous le nom AntiSec, le collectif a déjà fait parler de lui à de nombreuses reprises. Aujourd'hui, il assure être en possession de plus de 12 millions d'identifiants UDID (Unique Device Identifier) propres à chaque appareil iOS d'Apple. Les hackers reprochent ainsi au FBI d'être en possession d'une base de données enrichie d'informations personnelles très précises. Le groupe, habitué à la diffusion de documents obtenus en exploitant des failles de sécurité, a publié lundi une liste déconcertante d'informations personnelles. Fait marquant: ce n'est pas à la firme de Cupertino que ces données auraient été dérobées mais bel et bien au FBI. Les informations auraient ainsi été récupérées directement sur l'ordinateur d'un agent spécial de l'agence. Le fichier, intitulé « NCFTA_iOS_devices_intel.csv » contiendrait 12 367 232 identifiants uniques d'appareils Apple.AntiSec affirme ainsi que la base de données récupérée contiendrait des « identifiants uniques d'appareils (UDID), des noms d'utilisateur, des noms d'appareils, des modèles, des jetons pour le service de notification push d'Apple, des codes postaux, mais aussi des adresses ou encore des numéros de téléphone mobiles... ». En guise de preuve, le groupe de hacker a publié une liste de 1 000 001 UDID ne comportant aucune information personnelle à part les noms et prénoms des utilisateurs, afin de permettre à ces derniers de savoir si le FBI possédait leurs informations. « Certains appareils listés contenaient un grand nombre d'informations » prévient le groupe. « D'autres, en revanche, ne comprenaient pas plus qu'un code postal, voir rien ».

Le document serait en possession des hackers depuis le mois de mars dernier, date à laquelle les pirates seraient parvenus à pénétrer un ordinateur portable Dell Vostro utilisé par un Agent Special Superviseur du FBI, officiant dans la Regional Cyber Action Team de l'agence. C'est grâce à une faille Java et plus exactement par l'intermédiaire de la vulnérabilité AtomicReferenceArray, que les hackers auraient pénétré le système et se seraient emparés de plusieurs documents présents sur le bureau. Selon les ces derniers, ce fichier pouvait servir au FBI pour la mise en place d'un système de surveillance de possesseurs d'appareils sous iOS. Le mot « intel », présent dans l'intitulé du fichier, semble quant à lui n'être que le raccourci du terme « intelligence », utilisé en anglais pour désigner le renseignement au sens policier du terme. En avril dernier, la firme de Cupertino avait annoncé travailler sur une alternative au système UDID afin de ne plus laisser les développeurs l'utiliser. Le FBI aurait pu se constituer une telle base en croisant les informations UDID avec des données de géolocalisation. Sur 153,6 millions de smartphones vendus d'avril à juin 2012, il y avait 98,5 millions de terminaux équipés de l'OS Android, indique le cabinet d'études Gartner.

Les ventes de smartphones ont progressé de 42,7% en un an, pour atteindre les 153,6 millions d'exemplaires au deuxième trimestre 2012, soit 36,6% du total des mobiles vendus dans le monde, selon Gartner.Le système d'exploitation Android est plus que jamais le plus représenté (98,5 millions, soit 64,4% de parts de marché) devant iOS d'Apple, disponible sur le seul iPhone (28,9 millions, soit 18,8%). Loin derrière figurent Symbian (9 millions, avec 5,9% de parts), BlackBerry (7,9 millions d'exemplaires, 5,2%), Bada (4,2 millions, 2,7%) et Windows Phone (4 millions d'exemplaires, soit 2,7% de parts de marché).Il s'est vendu au deuxième trimestre 2012 un total de 419 millions de téléphones portables dans le monde (-2,3% sur un an). Tous modèles confondus, Samsung est le constructeur ayant écoulé le plus d'unités (90,4 millions de produits), devant Nokia (83,4 millions), Apple (28,9 millions), ZTE (17,9 millions), LG (14,3 millions) et Huawei (10,8 millions). Le groupe franco-italien STMicroelectronics s'offre la technologie de projection de bTendo. Les deux sociétés conçoivent depuis début 2011 un pico-projecteur à intégrer dans les smartphones, un marché qui doit se développer sensiblement dans les trois ans à venir, selon le cabinet d'études Pacific Media Associates.

Le fabricant de semi-conducteurs et de systèmes micro-électromécaniques STMicroelectronics a racheté la propriété intellectuelle et repris la majeure partie des équipes de la société israélienne bTendo. Cette dernière est à l'origine d'une technologie de projection d'image par balayage laser. Les deux entreprises collaboraient depuis février 2011 pour développer conjointement un pico-projecteur destiné aux smartphones ou autres terminaux électroniques portables pour le grand public.Le moteur de projection conçu par bTendo projette des images sans mise au point en haute résolution, ce qui doit permettre à des utilisateurs d'afficher et de partager ainsi, où qu'ils se trouvent, les vidéos et présentations qu'ils conservent sur leur terminal mobile. Cet équipement loge dans un module de moins de 5 mm dont l'encombrement est inférieur à 1,7 cm3.

En combinant son expertise des systèmes micro-électromécaniques et la technologie de bTendo, STMicroelectronics vise le marché des projecteurs à embarquer dans la prochaine génération de terminaux portables et se prépare à ouvrir dans le même temps de nouveaux marchés, explique dans un communiqué Benedetto Vigna, vice président exécutif et directeur général du groupe MEMs, capteurs et produits analogiques. Selon le cabinet d'études Pacific Media Associates, les ventes de pico-projecteurs devraient atteindre 58 millions d'exemplaires en 2015, à comparer aux 3 millions commercialisés en 2011.

  1. http://wwwakkusmarktcom.doodlekit.com/blog
  2. http://akkusmarkt.bravesites.com/
  3. http://akkusmarkt.blogs.lalibre.be/
  4. http://oowerusern.top-depart.com/

Les commentaires sont fermés.