Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/04/2017

Batterie pour ordinateur portable Dell Latitude D630

Ce paramètre permet de contenir la puissance absorbée et d’avoir des puces de plus en plus petites, consommant très peu d'électricité. Cette évolution pose néanmoins quelques soucis de fiabilité. Alors que des finesses de 45 nm permettaient encore de garantir des durées de vie de plusieurs dizaines d’années, il n’en est plus de même pour des finesses de 20 nm pour lesquelles la durée de vie estimée s’effondre à quelques années. Autant de telles durées de vie peuvent rester acceptables pour des applications grand public où les utilisateurs renouvellent leurs appareils tous les 2 ou 3 ans, autant cela ne l’est plus du tout pour des produits à long cycle de vie comme ceux de l’aéronautique (l'électronique à bord a une durée de vie minimale de 20 ans). La question va également se poser dans d’autres domaines, comme par exemple l’automobile. LES MULTI-CŒURS NE SAVENT PAS OÙ DONNER DE LA TÊTE Au-delà de la finesse de gravure, les industriels de l'électronique s'affrontent aussi sur le terrain des architectures multi-cœurs.

Des gains substantiels en puissance de calcul s’obtiennent en associant dans la même puce plusieurs cœurs de traitement (2, 4, 8, 16,…). L’idée est simple mais la mise en œuvre l’est moins : il faut faire en sorte que cet ensemble de cœurs puisse accéder de façon harmonieuse - c'est-à-dire sans conflit - à un ensemble de ressources partagées (cache, mémoires RAM ou programme, bus de la carte,…). L'ensemble des mécanismes intégrés dans la puce et servant de chef d'orchestre est baptisé l’interconnect. Ces mécanismes sont complexes et généralement peu documentés. Leurs concepteurs n’ont probablement jamais eu à démontrer leur efficacité ou toute absence de bug dans leur implémentation. Les applications grand public peuvent s’en accommoder : en cas de problème, au mieux le traitement prendra un peu plus de temps que prévu, au pire l’appareil se réinitialisera. Ce qui nous est arrivé à tous un jour. L’essentiel étant que cela ne se produise pas trop souvent. Pour des applications aéronautiques soumises à certification, dont notamment les applications critiques ayant un impact sur la sécurité, il est impératif d’apporter les preuves d’un comportement déterministe, reproductible. Pour cela, il serait nécessaire de disposer des éléments décrivant cet interconnect et – mieux - d’un engagement du concepteur garantissant l’absence de tout risque de conflit et de bug. Autant ne pas y penser. Dans ces conditions, il parait aujourd’hui difficile de retenir des solutions de ce type pour des applications critiques aéronautiques.

D’une part, pour les applications non-critiques, le secteur peut continuer à bénéficier des évolutions du marché grand public et de ses technologies multi-cœurs. Une grande attention devra néanmoins être portée sur la finesse de gravure et seul le retour d’expérience pourra nous rassurer quant à l’absence d’impact sur la fiabilité. Il faudra à terme imaginer des solutions de diagnostic ou de pronostic permettant d’identifier tout état de panne avérée ou à venir de la puce, en y associant des solutions de maintenance peu chères. D’autre part, mettre en place une filière spécifique de puces multi-cœurs utilisables pour nos applications critiques certifiables. Il s’agirait de récupérer la propriété intellectuelle d’un processeur mono-cœur performant et de construire sur cette base un processeur multi-cœurs dont l’interconnect serait parfaitement maitrisé. D’autres secteurs industriels ayant des contraintes similaires pourraient être associés à cette démarche (le monde de l’automobile par exemple). Cette approche permettrait aussi de maîtriser la finesse de gravure et d’obtenir la durée de vie recherchée.

Méconnu en Europe, le japonais Rakuten est pourtant numéro 3 du e-commerce mondial. Il possède notamment le site français PriceMinister. L'entreprise a l'habitude d'aller là où on ne l'attend pas… mais sans doute pas aussi loin. Selon plusieurs journaux nippons, Rakuten envisage d'investir dans une compagnie aérienne à bas coût desservant l'Asie du sud-est à partir de Nagoya, au centre du Japon. Rakuten se rallierait à un projet mené par AirAsia, la compagnie de l'homme d'affaire malaisien Tony Fernandes. AirAsia s'était un temps associé à la compagnie nationale ANA pour lancer une filiale locale, AirAsia Japan. C'était en 2012. Mais l'alliance n'a pas tenu très longtemps et Ana a repris seul les commandes d'AirAsia Japan, repabtisé Air Vanilla. Mais la compagnie malaisienne n'a pas abandonné son projet et recherché d'autres partenaires nippons. La loi locale interdit en effet qu'une société étrangère détienne plus d'un tiers du capital d'une compagnie installée au Japon, pour des raisons de sécurité. Rakuten pourrait donc être l'un des alliés que recherche Air Asia. L'hebdomadaire Toyo Keizai indique que l'affaire pourrait être conclue début juillet. Rakuten a réagi en expliquant qu'il était prématuré de communiquer sur ce sujet à ce stade. La firme possède une filiale dédiée à la réservation de voyages. La rumeur a en tout cas eu un effet positif sur le cours de l'action Rakuten à la bourse de Tokyo.

Celle-ci a gagné 2,90% jeudi 26 juin. L'exosquelette français Hercule, conçu par l'entreprise RB3D, est présent sur le salon Eurosatory 2014. Deux versions sont exposées : l'une civile, à destination de l'industrie, et l'autre militaire, développée en partenariat avec la Direction générale de l'armement et conçue pour les forces armées. RB3D, une PME bourguignonne spécialisée dans l’assistance à l'effort, a présenté le prototype de la version militaire de son exosquelette Hercule au salon Eurosatory 2014. Des exosquelettes existent déjà dans le monde médical, pour aider certains patients à retrouver une mobilité, mais en ce qui concerne l'aide à l'effort à destination des milieux industriel ou militaire, il n'existait jusqu'à maintenant aucune solution européenne. C'est le pari qu'a fait RB3D en 2009, se plaçant avec Hercule en concurrence avec les rares pionniers américains (HULC de Lockheed Martin, XOS-2 de Raytheon) ou japonais (HAL de Cyberdyne) du genre. [...] La Direction générale de l'armement développe depuis plusieurs années un système de camouflage optique qui s'adapte automatiquement à son environnement, permettant à un véhicule de se dissimuler comme un caméléon. Une démonstration de ce projet Caméléon est actuellement présentée au salon Eurosatory 2014. La direction générale de l'armement (DGA) a dévoilé Caméléon au salon Eurosatory 2014, un projet à la pointe des technologies de furtivité dont le principe de "peau active", composée de macro-pixels qui changent automatiquement de couleur en fonction de leur environnement, a été breveté par la DGA.

Ce programme franco-français, dont Nexter est le maître d'œuvre, utilise une peau active multispectrale, c'est-à-dire qu'elle engloble les spectres de lumière visible, proche infrarouge et infrarouge bandes 2 et 3. Cela lui confère [...] Dans un communiqué publié vendredi, la compagnie publique slovaque chargée du trafic aérien avance la piste d'interférences "liées à un exercice militaire programmé qui s'est déroulé en diverses régions d'Europe les 5 et 10 juin et dont l'objectif était l'interruption des fréquences de radiocommunication". "Cette opération a également provoqué la disparition temporaire de plusieurs objets suivis sur les écrans radar, même si les avions sont restés en contact radio avec les contrôleurs aériens et ont poursuivi leur vol normalement", ajoute-t-elle. Selon l'autorité slovaque, dès le problème identifié, "la partie organisant cet exercice a été contactée et l'exercice a été stoppé". Les Slovaques ne précisent de quelle entité il s'agit. Des médias autrichiens affirment que l'exercice militaire était organisé par l'Otan, qui n'a fait aucun commentaire.

A quelques jours du salon professionnel de l'électronique IFA, à Berlin, le fabricant français Archos a dévoilé, le 27 août, une pléiade de nouveautés. Deux smartphones, une tablette, une station météo, mais surtout un accessoire en laine blanche qui risque de faire fureur chez les hipsters cet hiver : le bonnet connecté avec écouteurs intégrés pour profiter de la musique embarquée sur son téléphone, les oreilles au chaud. Baptisé "Music Beany" et commercialisé au prix de 29 euros, le bonnet se connecte au smartphone via Bluetooth et sera compatible iOS, Android et Windows Phone. Automatisée à l'extrême, ergonomique, flexible, intégralement numérisée avant de sortir de terre… l'usine qu'Airbus a présenté lors des journées de l'innovation de l'avionneur (les 10 et 11 juin) laisse pantois. "Chacune de ces technos correspond à une brique technologique existante ou en développement", assure pourtant Michel Roboam, directeur de l'ingénierie de production du groupe. Dans son viseur : 2025. Visite vidéo de l'outil de production du futur. Steve Linford, directeur de l'organisation Spamhaus, la cible de cette attaque, a déclaré à la BBC que son organisation était visée depuis plus d'une semaine par des attaques d'une ampleur inédite. Les pirates ont lancé une attaque par déni de service (DDoS), qui consiste à saturer un site internet en le soumettant à un trop grand nombre de requêtes provenant de multiples systèmes, de manière à le mettre dans l'incapacité d'identifier les utilisateurs légitimes du service et de traiter ce trafic. "Au vu de l'amplitude signalée de cette attaque, qui a été estimée à 300 gigaoctets par seconde, nous pouvons confirmer qu'il s'agit de l'une des plus importantes opérations DDoS à ce jour", a indiqué dans un communiqué la société Kaspersky Lab. "De plus graves perturbations pourraient survenir à plus grande échelle si l'attaque s'intensifie", poursuit ce spécialiste de la sécurité informatique.

Pour Paul Vlissidis, directeur technique de NCC, autre acteur de la sécurité informatique, il est d'autant plus difficile de contrer cette attaque qu'un grand nombre d'ordinateurs sont impliqués. "Si quelques ordinateurs envoient de grandes quantités de données, il est facile de les filtrer. Quand des milliers et des milliers (de machines) participent littéralement c'est beaucoup, beaucoup plus difficile", a-t-il expliqué à Reuters. Selon lui, les volumes de trafic en jeu dans cette attaque ont déclenché une réaction en chaîne sur l'ensemble d'internet. Spamhaus est un groupe basé à Genève qui publie des "listes noires" d'adresses de spams dont se servent les messageries pour filtrer les courriels indésirables. "J'ai dit quand nous étions en train de négocier l'accord sur la compétitivité que (...) je lierais 30 % de cette rémunération variable au fait que Renault d'abord signe l'accord et ensuite qu'il honore tous ses engagements dans l'accord", a rappelé Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse au salon de l'automobile de New York, rapporte l'AFP.

"Maintenant que l'accord est signé, c'est effectif", a-t-il assuré. L'accord sur la compétitivité a été paraphé par les principaux syndicats de Renault (CFE-CGC, CFDT et FO) le 13 mars dernier. Selon l'AFP, en 2011, la part variable du salaire de Carlos Ghosn en tant que PDG de Renault était de 1,59 million d'euros et la part fixe de 1,23 million. Comme le rapporte l'AFP, Francis Duseux, PDG d'Esso France, a confirmé la possibilité de reclassement d'une centaine de salariés de Petit-Couronne sur des sites pétroliers de la région normande. "Ce sont des personnes formées qui connaissent le métier", a-t-il démontré lors de présentation des résultats de son groupe le 27 mars. Et de détailler les raffineries normandes qui pourraient être intéressées par cette main d'oeuvre qualifiée : le site Port-Jérôme d'ExxonMobil et le site Gonfreville l'Orcher de Total, qui ont d'ores et déjà embauché une cinquantaine d'ex-salariés de Petroplus ces derniers mois.

  1. http://dovendosi.allmyblog.com/
  2. http://dovendosi.blogas.lt/
  3. http://support.viralsmods.com/blog/main/2191940/

Les commentaires sont fermés.