Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/04/2017

Batterie pour ordinateur portable DELL XPS L701x

Contestant la méthode et la somme proposée, il a finalement obtenu du tribunal de proximité de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) que la procédure instituée par Samsung pour l'obtention du remboursement soit déclarée abusive. Le fabricant a en outre été condamné à verser 90€ au titre remboursement du système d'exploitation, et 500€ à titre de dommages-intérêts.Le jugement déclare explicitement que la revente du système d'exploitation par le constructeur sans que le client l'ait demandé constitue une pratique « déloyale en toute circonstance, à raison de son caractère agressif ». Selene Chew, jeune étudiante singapourienne, est la lauréate du Grand Prix Netexplo, remis par le ministre de l'Industrie Eric Besson le jeudi 15 mars, pour son projet de canne blanche détectant les obstacles baptisée BlindSpot. Celle-ci est munie d'un téléphone portable, d'un capteur à ultra-sons et d'un navigateur tactile.BlindSpot détecte les obstacles en hauteur et prévient de la présence à proximité d'amis, signalée via un service de géolocalisation en ligne. Pliable et facilement rechargeable, la canne peut également faire office de téléphone mobile à la maison.Le Grand Prix Netexplo 2012 récompense chaque année un projet destiné à bouleverser de manière durable le quotidien du grand public dans les années à venir. Ces services progressent notamment avec le déploiement des smartphones et par l'amélioration des fonctionnalités des sites bancaires.

Internet n'est plus un frein pour les transactions bancaires en ligne. 19% des utilisateurs de services de banque en ligne ont déjà souscrit à au moins un produit bancaire sur la Toile, révèle une étude CCM Benchmark. Ils n'étaient que 13% en 2008. Les produits d'épargne sont les plus plébiscités (66%), devant les ouvertures de comptes courant (26%) et de produits d'assurance (24%).L'utilisation des smartphones qui donnent accès à Internet n'est pas étrangère à ce constat. « L'intensification des usages sur les espaces de home-banking s'explique désormais surtout par les usages mobiles qui cannibalisent les accès via l'ordinateur fixe et surtout augmentent la fréquence de connexion sur les espaces personnels », souligne l'étude. Ainsi, 27% des consommateurs disent utiliser plus souvent leur téléphone portable pour consulter leur compte bancaire. 18% géolocalisent plus fréquemment les agences bancaires via smartphone et 14% effectuent même plus souvent des virements avec leur mobile.

C'est aussi l'amélioration des services des banques en ligne qui a permis d'accroître le nombre d'utilisateurs, et de souscripteurs. Les établissements bancaires ont reçu une note moyenne de 8,3 sur 10 pour ce qui est de la gestion des comptes en ligne. Boursorama Banque fait office de meilleur élève avec 9 sur 10, mais cède sa place à ING Direct pour ce qui est du processus de souscription en ligne (8,8 sur 10).Cette étude s'appuie sur l'analyse de cinquante sites de banques et de sociétés de crédit ciblant une clientèle de particuliers, dont 27 sites en français et 13 ciblant d'autres marchés européens (Belgique, Espagne, Royaume-Uni...). Cette analyse s'accompagne des résultats d'une enquête en ligne menée auprès de 3 126 clients français portant sur l'évaluation de la qualité des sites Internet et des services mobiles de leur banque principale. Entre ses iPad et ses Macbook, Apple a vendu quelque 23,4 millions d'ordinateurs portables dans le monde au quatrième trimestre 2011. Si on considère l'iPad bien sûr comme un ordinateur portable ce qui n'est pas le cas de tous les cabinets d'études. Selon les chiffres provisoires publiés par NPD DisplaySearch, la marque à la pomme a vu ses ventes progresser de plus de 128% par rapport au 4e trimestre 2010.

La tablette numérique d'Apple, l'iPad, arrive largement en tête des ventes dans le monde, et donc des choix des consommateurs, avec 18,7 millions d'unités vendues au cours du quatrième trimestre 2011 - sur l'année, il s'en est écoulé 48,4 millions -, selon NPD DisplaySearch. A titre de comparaison, la deuxième meilleure performance est à mettre au crédit d'Amazon, avec sa gamme Kindle, et 5,3 millions de modèles cédés.Du côté des ordinateurs portables, HP domine les débats avec 8,7 millions de ventes, devant Dell (6,7) et Acer (6,6). Apple clôt le top 5 avec 4,6 millions d'unités vendues. Au total, 88 millions de PC portables et tablettes numériques ont trouvé preneur au quatrième trimestre 2011, marqué notamment par les achats de Noël. Orange Business Service (OBS) a présenté hier son offre de TelePresence délivrée en mode cloud. Afin de montrer la qualité de son service, Le groupe a réalisé une vidéoconférence en direct entre Paris, Londres, Pékin et Arnhem aux Pays-Bas.

Orange Business Service (OBS) a fait les choses en grand pour promouvoir son offre de TelePresence. Des journalistes de différents pays étaient donc présents dans des lieux de conférence à Paris, Londres et Pékin, afin de participer et d'interroger Vivek Badrinath, directeur exécutif d'OBS, ainsi que Pieter Schoehuijs, utilisateur du service et DSI du chimiste AkzoNobel. Ce dernier est présent dans 80 pays et emploie 55 000 personnes. L'une des particularités du service de Téléprésence est de pouvoir connecter des systèmes de diverses origines, tant côté matériel qu'opérateurs. Ainsi la connexion a été effectuée avec des équipements Cisco en Angleterre et du matériel Huawei en Chine.Vivek Badrinath a rapidement présenté les avantages de la Téléprésence, à savoir une réduction importante des coûts, une plus grande rapidité dans la prise de décisions, ainsi qu'un meilleur rendement écologique, par la suppression des déplacements professionnels. Selon lui, utiliser la Téléprésence est « simple comme un coup de fil ».

C'est dans ce sens qu'est intervenu Peter Schoehuijs, afin de partager son expérience sur le service d'Orange. Le DSI d'AkzoNobel se sert régulièrement du service afin d'interagir avec les managers des quatre-vingt pays dans lesquels on trouve son entreprise. La baisse des coûts est réelle, puisqu'il annonce avoir économisé 500 000 €. La solution évite également les problèmes de mauvaise compréhension, mais surtout « elle nous a permis de mettre fin aux difficultés d'organisation lorsqu'il s'agit de travailler avec les différents managers ».« Dès que nous l'avons testée, nous l'avons adoptée » ajoute Peter Schoehuijs. De plus, « cela oblige l'utilisateur du service à rester attentif » et cela donne l'impression de « se rapprocher d'une réunion autour d'une même table. Les réactions sont plus naturelles qu'auparavant, en conférence audio ou vidéo ».

Le service proposé par Orange est simple à utiliser: une réservation de réunion sur Internet, un lien pour se connecter et l'on interagit directement avec ses interlocuteurs, le tout en haute définition.Alors d'où vient la nouveauté associée au terme cloud ? OBS la définit comme étant la possibilité d'interconnecter différents systèmes et opérateurs télécoms au sein d'un même service, mais surtout, pour l'utilisateur, de n'avoir rien d'autre à acheter que des écrans pour suivre la conférence. Orange facture son service à l'usage. Ainsi, l'entreprise n'a pas à acheter de matériel, dont la location est facturée dans le service. Quant à la question du coût du service, OBS a botté en touche à plusieurs reprises répondant que « chaque entreprise a la possibilité de profiter de cette offre, suivant divers paramètres : nombre de salles de réunion utilisées, distance entre les unes et les autres, la fréquence d'utilisation ainsi que le matériel utilisé ».

OBS annonce une disponibilité du service entre 99,8% et 99,95% du temps, et investit près de 750 millions d'euros par an pour développer l'infrastructure. En cas de souci, un « concierge » est disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, afin de parer à tous problèmes.Dernière nouveauté, le service permet de participer aux réunions via une tablette, un smartphone ou un ordinateur portable. Dans ce cas, même si la qualité de la vidéo est à la baisse, s'adaptant à la résolution de la caméra, la latence demeure très faiblement perceptive - sans être gênante - dans la salle de conférence, via une connexion en WiFi.Les possibilités d'interopérabilité sont élargies, le service d'OBS étant compatible avec les opérateurs télécoms AT&T, BT, Tata et Telefonica, et depuis peu avec Verizon, en attendant prochainement T-Systems. A l'heure actuelle, soixante-sept pays peuvent accueillir cette offre de Telepresence, avec une offre de vidéoconférence dans cent-six pays. Microsoft a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes, avec un chiffre d'affaires en hausse de 6% à 17,4 Md$ et un bénéfice net à plus de 5 Md$.

Au cours de son troisième trimestre fiscal, clôt le 31 mars, Microsoft a vu son chiffre d'affaires augmenter dans la plupart de ses divisions, à l'exception de son département divertissements et loisirs. Celui-ci s'est établi à 17,41 milliards de dollars, soit une hausse de 6% par rapport à la même période en 2011. Toutefois, le bénéfice net de l'éditeur, en légère baisse, s'est élevé à 5,11 milliards de dollars, et à 0,60 $ par action, contre 5,23 milliards de dollars, et 0,61 $ par action, un an plus tôt. Microsoft rappelle que, l'an dernier à même époque, les profits engrangés avaient été réalisés grâce à un avantage fiscal ponctuel de 461 millions de dollars, soit 0,05 $ par action, lié à accord fiscal avec le gouvernement des États-Unis. En excluant cet élément, le bénéfice par action du trimestre écoulé aurait augmenté de 7% par rapport à 2011. Néanmoins, les résultats de la firme de Redmond ont dépassé le consensus des analystes financiers interrogés par Thomson Reuters qui prévoyaient 0,58 $ de bénéfice par action et 17,18 milliards de dollars de revenus.Le PDG de Microsoft, Steve Ballmer, a qualifié ces résultats de « solides », dans un communiqué, et a rappelé que sa société se trouvait dans un important cycle de mise à jour, incluant les prochaines versions de solutions clés pour les entreprises et le grand public, comme Windows et Office.

«Nous avons relevé une forte consommation des entreprises sur nos produits Office et serveurs et une demande continue pour les solutions PC, qui ont contribué à ce que nous réalisions une croissance solide », », a déclaré Bill Koefoed, directeur général chargé des relations entre l'éditeur et les investisseurs, au cours d'une conférence téléphonique. «En plus de cette hausse de nos revenus, nous avons été en mesure de faire progresser nos marges en mettant l'accent sur la gestion des coûts », a t-il ajouté De nombreux experts de l'industrie voient les 12 à 18 prochains mois comme une période cruciale pour Microsoft, bousculé par la vague du cloud computing, une menace pour son business model historique, basé sur le « on-premise ». Des porte-parole de Microsoft ont indiqué à maintes reprises que la stratégie de la firme qui consistait à proposer des options hybrides pour le déploiement de logiciels dans le cloud et sur site était la bonne et qu'elle donnait les résultats attendus. Toutefois, le groupe est soumis à une forte pression de tous les côtés, et doit notamment faire face à la suite Google Apps, qui est en concurrence directe avec Exchange et Office. Microsoft se trouve également à la traîne sur le marché des tablettes et des smartphones, derrière l'iPhone et l'iPad d'Apple, ainsi que les terminaux mobiles sous Android. Ses préoccupations sont accentuées par la tendance « bring-your-own-device » (BYOD) qui conduit les utilisateurs à apporter au bureau leurs équipements sous iOS et sous Android.

Donc, l'essentiel repose sur le succès des futurs produits, comme la famille des systèmes d'exploitation de Windows 8 pour PC de bureau, portables, tablettes et, éventuellement, smartphones, de même qu'Office 15. Ensemble, Windows 8 et Office 15 sont conçus pour être conviviaux, comme en témoigne le développement de l'interface Metro, qui propose un affichage en mosaïque destiné aux écrans tactiles. Au cours de la conférence téléphonique, les responsables de Microsoft ont également souligné le niveau des ventes aux entreprises qu'ils considérent comme exceptionnelles.« Les entreprises continuent d'investir sur du long terme dans la plate-forme Microsoft », s'est félicité Bill Koefoed, ajoutant que grâce à cela, les ventes de licences multi-annuelles avaient atteint approximativement 40 % des revenus. Il a également souligné qu'au cours du trimestre, Microsoft avait enregistré une forte croissance d'accords d'entreprise autour de ses licences (Enterprise Agreement) que ce soient de nouveaux contrats ou des renouvellements. En Europe occidentale, le cloud ne fait pas encore partie des priorités du secteur public selon une récente enquête du cabinet IDC.

  1. http://blogs.montevideo.com.uy/retrouve3
  2. http://retrouve3.kinja.com/
  3. http://retrouve3.jimdo.com/

Les commentaires sont fermés.