Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/04/2017

Batterie pour ordinateur portable Dell Inspiron 1370

Cette architecture de référence au niveau du rack, présentée en marge de l'Intel Developer Forum de Beijing (10-11 avril), sera officiellement lancée l'année prochaine. « Le découplage des éléments pourrait augmenter la durée de vie des serveurs, actuellement de 18 à 24 mois en moyenne, et pourrait rendre les mises à niveau plus faciles », a déclaré Lisa Graff, vice-présidente et directrice générale du marketing, de la division Datacenter et systèmes connectés d'Intel. Par ailleurs, les entreprises n'auront plus besoin de remplacer la totalité de leurs serveurs si un seul composant doit être mis à jour. « Il sera aussi possible de mélanger et de combiner les composants dans les datacenters en tenant compte des charges de travail », a-t-elle ajouté. Par exemple, les entreprises pourront facilement ajouter des processeurs dans un serveur HyperScale pour faire face à l'augmentation de la charge de travail de leur cloud privé ou de leurs transactions Internet. Par nature, les serveurs HyperScale permettent d'ajouter rapidement des ressources informatiques pour bénéficier de plus de performance.

Intel pense que, avec son modèle qui permet le panachage, le nombre de CPU, d'unités de stockage et la capacité mémoire vont augmenter. « Avec l'usage croissant d'Internet, les serveurs doivent traiter et analyser de plus en plus de données récoltées par les capteurs et les appareils mobiles », a expliqué Lisa Graff. « Il faut des processeurs plus rapides, mais il faut aussi que les serveurs et les racks puissent délivrer leurs résultats plus rapidement », a-t-elle ajouté. « Actuellement, la situation économique est propice à l'innovation», a encore déclaré la vice-présidente. « C'est une opportunité pour l'industrie ». L'évolution de l'architecture au niveau du rack devrait aller dans le sens du Projet Scorpion, un design de référence où l'alimentation, le refroidissement et certains modules réseau sont partagés. Son cahier des charges a été défini conjointement par Alibaba, Intel, Baidu, Tencent et China Telecom.

Les produits serveur ont pris une place importante dans la stratégie d'Intel dans la mesure où son coeur de métier - concevoir et vendre des processeurs pour les ordinateurs portables et de bureau - souffre du ralentissement du marché des PC. Intel cherche de plus en plus à élargir son offre pour datacenters, afin d'y inclure des fabrics, des produits d'interconnexion et de mise en réseau dont la fonction est de relier entre eux les serveurs, le stockage et autres composants des centres de calcul. Les fabricants de serveurs comme Dell et IBM proposent déjà le découplage du stockage et de la mémoire selon un modèle qui s'appuie sur des puces spécialisées. Mais Intel estime qu'il faut aussi améliorer le débit et la gestion du trafic dans les datacenters, de sorte que les composants puissent être véritablement découplés les uns des autres.

Pour cela, Intel met au point un fabric propriétaire qui a la capacité de virtualiser les I/O et le réseau pour le déplacement des données entre serveurs. Plus tôt cette année, le fondeur a également indiqué qu'il utiliserait la fibre optique, plus rapide que les câbles électriques, pour transporter les données dans les ordinateurs. « Nous avons investi dans les réseaux et les interconnexions... pour aller vers ces transformations », a déclaré Lisa Graff. AMD (Advanced Micro Devices) propose aussi un fabric propriétaire, du nom de Freedom Fabric, qui virtualise les I/O et le stockage, ce qui réduit le nombre de composants nécessaires dans le serveur. AMD a indiqué qu'il cherchait à étendre l'usage de ce fabric à d'autres domaines que celui des serveurs.

Lisa Graff d'Intel n'a pas précisé si l'architecture de référence avait une relation avec le projet Open Compute (OCP) soutenu par Facebook, et dont l'objectif est de normaliser l'architecture rack et serveur et celles des composants. Le projet OCP travaille sur le développement d'une spécification Open Rack, couvrant les cartes mères, les composants électriques et autres matériels qui entrent dans la fabrication des serveurs. La spécification Open Rack a été inspirée par le Projet Scorpion, et OCP espère sortir un module rack standardisé, courant de cette année. Intel soutient le projet OCP. Le fondeur a déjà présenté une interconnexion nanophotonique en silicium lors d'un événement organisé par l'OCP en janvier. La vice-présidente et directrice générale du marketing d'Intel a indiqué que le fondeur « essayait de soutenir les standards ouverts », mais elle n'a pas précisé si l'architecture de référence préparée par Intel avait un rapport avec la spécification Open Rack.

En complément de sa (fausse) présentation de sa prochaine console de jeu, la PS4, Sony a dévoilé sa stratégie de second écran. Certes orientation a déjà faite par Microsoft sur la Xbox avec l'application SmartGlass pour Windows Phone. Pour Sony, les joueurs pourront télécharger une « Playstation App » qui fonctionnera sur l'iPad et l'iPhone, ainsi que sur les terminaux Android. Cette application, qui sera disponible à la fin de l'année, permettra aux utilisateurs de regarder les autres joueurs à distance, d'acheter des jeux PS4 pour ensuite les télécharger sur leur console de salon. Elle donnera aussi des informations supplémentaires sur certains jeux, des cartes, des niveaux, des bonus.Le second écran pourra être aussi la console portable PS Vita du constructeur japonais. Les jeux PS4 seront portés sur cette console pour assurer une expérience de jeu sans interruption.

Les constructeurs taïwanais cherchent à s'adapter aux nouvelles tendances de consommation en lançant des tablettes à bas prix sous Android.Face au piteux état des ventes de PC (-3,2% en volume dans le monde en 2012, selon IDC), les analystes constatent que les fabricants taïwanais Acer et Asustek essayent de s'adapter à l'évolution du marché de l'informatique personnelle en proposant des tablettes d'entrée de gamme sous Android. Lors de la publication de ses résultats annuels, Acer a indiqué qu'il espérait commercialiser 10 millions de tablettes cette année. Les produits livrés incluront deux versions de l'Iconia B1, l'une à 150 $, l'autre à 179$. Les ambitions d'Asus sont similaires en termes de volumes de vente. En 2012, ce fabricant a déjà vu le chiffre d'affaires qu'il génère sur les tablettes progresser suite au partenariat qu'il a conclu avec Google pour commercialiser sa tablette Nexus 7 facturée 199 $. Depuis le lancement de ce produit en juillet dernier, les ventes de tablettes d'Asus ont atteint 5,3 millions d'unités contre 1,4 millions d'unités durant le premier semestre 2012.

Bien que les deux fabricants taïwanais aient déjà lancé des tablettes Android par le passé, ils se montrent encore plus optimistes sur un marché largement dominé par l'iPad d'Apple. Mardi dernier, J.T Wang, le PDG d'Acer, fournissait un élément d'explication en indiquant que la chaîne d'approvisionnement des tablettes avait désormais atteint un niveau de maturité suffisant pour supporter la production de produits en très grands volumes.A l'heure actuelle, les tablettes à bas prix acquises par les consommateurs sont proposées par des marques peu connues à des tarifs compris entre 100 et 150 $. L'an dernier, ces fabricants en ont livré 25 millions d'unités, selon le cabinet d'études Gartner. « Jusqu'ici, les grandes marques ne s'étaient pas positionnées sur ce segment, confirme Tracy Tsai, analyste au Gartner. D'un autre côté, le marché des tablettes haut de gamme est dominé par Apple. »L'accent mis sur les tablettes Android s'explique également par le fait que la demande en tablettes haut de gamme sous Windows 8 n'a pas encore donné de résultats de ventes probants chez Asus et Acer dont le coeur de l'activité repose toujours sur les PC portables. « Nous pensons que les consommateurs vont s'orienter vers l'achat de tablettes d'entrée de gamme, indique Dickie Chang, analyste chez IDC. Beaucoup d'entre eux ont déjà un PC et un smartphone et veulent donc quelque chose de différent. »

D'autres fabricants cherchent également à s'adapter aux nouvelles tendances de consommation en lançant des tablettes d'entrée de gamme. En Chine, Lenovo est le deuxième fabricant de tablettes, derrière Apple, avec une part de marché de 14%. Le fabricant a gagné cette position en partie en vendant des tablettes Android de 7'' à un prix de 175 $. Le mois dernier, HP dévoilait quant à lui la Slate 7, une tablette de 7'' sous Android également vendue 169$.Pour les analystes les tablettes 7'' sous Android devraient devenir très communes sur le marché, du fait de la baisse des coûts de fabrication de ces matériels. C'est grâce à la réduction de ces coûts que les marques peuvent espérer générer des profits sur la vente de tablettes d'entrée de gamme. Intel a annoncé la sortie de son disque SSD 335. Le constructeur positionne ce disque, prévu pour entrer dans les baies de 2,5 pouces, comme remplaçant potentiel des disques durs des ordinateurs portables. Le site marchand US Newegg propose déjà une version 240 Go du SSD pour 209 dollars.

Doté d'une interface SATA 6 Go/s, le disque SSD 335 d'Intel utilise des composants flash NAND MLC à 20 nanomètres développés conjointement avec IM Flash Technologies (IMFT). D'une façon générale, les SSD les plus récents, réalisés selon les nouveaux procédés de fabrication, consomment moins d'énergie et sont plus rapides. Les disques SSD d'Intel affichent également une plus grande durée de vie. Le SSD 335 succède au SSD 330 pour ordinateurs portables. Fabriqué avec des composants mémoire flash 25 nm, il était proposé avec des capacités de stockage allant de 60 à 240 Go. Le site marchand US Newegg (http://www.newegg.com/ ) a déjà baissé le tarif des disques SSD 330, et vend désormais les versions 240 Go à moins de 189 dollars.Les SSD 335 affichent une vitesse de lecture de 500 mégaoctets par seconde et une vitesse d'écriture de 450 Mo par seconde. Dans les blocs de 4 Ko de données, le SSD permet une lecture aléatoire pouvant atteindre 42 000 IOPS (Input/Output Operations per Second) et 52 000 IOPS en écriture.La sortie du SSD intervient quelques jours après le lancement de Windows 8 par Microsoft. La semaine dernière, Intel avait livré une mise à jour de son outil SSD Toolbox, désormais en version 3.1, qui permet de contrôler et de gérer les performances et la santé des disques SSD d'Intel. La page de téléchargement indique que le SSD Toolbox est compatible avec la dernière version de Windows.

  1. http://retrouve3.bravesites.com/blog
  2. http://retrouve3.sosblogs.com/
  3. http://retrouve3.mee.nu/

Les commentaires sont fermés.