Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/04/2017

Batterie pour ordinateur portable Dell U164P

Pour faire patienter, Intel a présenté au Mobile World Congress sa toute récente gamme de puces Clover Trail+ à destination des smartphones et des tablettes. Elles ont été améliorées pour fournir deux fois plus de performances que les puces Atom précédentes, connues sous le nom de code Medfield. La gamme Clover Trail+ qui comprenait déjà la puce Atom Z2580 cadencé à 2 GHz, s'étoffe avec la Z2560 avec une horloge à 1,6 GHz et la Z2520 à 1,2 GHz. Elles sont gravées en 32 nm et intègrent des solutions d'Intel comme l'hyperthreading ou l'Identity Protection Technology.Lors de cet évènement, le fondeur de Santa Clara a annoncé d'autres partenariats pour sa puce Atom, nom de code Lexington qui est une variante de Medfield pour les tablettes et smartphones low cost. Asus, Acer, Safaricom, Lava International et Etisalat, opérateur Egyptien, vont utiliser cette puce. Par ailleurs, Intel a indiqué que des tablettes équipées de la puce quad-core, connue sous le nom Trail Bay, seront disponibles pour les fêtes de fin d'année. Microsoft étoffe les fonctionnalités de sa solution de communication unifiée Lync. Le millésime 2013 va s'intégrer à Skype, simplifier les sessions de vidéoconférences et s'adapter aux évolutions des autres solutions de Microsoft.

Microsoft a donné un aperçu des récentes fonctionnalités ajoutées à sa solution de communication unifiée, Lync 2013. En premier lieu, la firme de Redmond a démontré l'interopérabilité de Lync avec Skype. Un client Lync peut passer un appel à un client Skype et vice-versa en partageant la gestion de présence et la messagerie instantanée. La démonstration a été faite sur un iPad et sur des smartphones Windows Phone 8. Les applications arriveront au mois de mars. L'application Android arrivera plus tard. Pour l'instant, cette interopérabilité ne concerne que les appels audio, mais Microsoft prévoit de l'élargir à la vidéo d'ici un an.Par ailleurs, l'éditeur a présenté un système de salle Lync qui accélère et simplifie la mise en place d'une session de vidéoconférence. A travers des partenariats avec des constructeurs (Crestron, Smart, Polycom et Lifesize), les utilisateurs n'auront plus besoin d'apporter leur ordinateur portable, mais pousseront les contenus depuis un serveur Lync. Une application web voit également le jour, ce qui permet aux terminaux qui sont en dehors de l'entreprise de se connecter à des réunions Lync via leurs navigateurs HTML5 et un client web, qui est un contrôle Active X. Lync 2013 va proposer aussi une mise à jour pour que les vidéoconférences HD puissent supporter 250 participants par réunion. Des fonctionnalités supplémentaires seront données aux participants pour contrôler les différents affichages (voir un participant, juste les diapositives, avancer ou reculer la présentation sans perturber la conférence). Une évolution du codec H.264 est prévue dans Lync 2013, pour optimiser la bande passante pour chaque utilisateur.

Lync 2013 s'adapte aux évolutions des autres solutions de Microsoft, notamment Office 2013 et le l'interface moderne UI de Windows 8. La présence par exemple peut être gérée au sein des tuiles par des codes couleurs. Sur le plan des ressources matérielles, Microsoft affirme que Lync 2013 peut accueillir le même nombre d'utilisateurs sur moins de serveurs. Il sera capable de fédérer plusieurs serveurs de communication unifiée et la gestion sera plus granulaire comme cacher des données personnelles de certains contacts. Wysips va présenter un smartphone entièrement fonctionnel, équipé d'un composant placé sous l'écran du téléphone lui apportant suffisamment d'énergie pour garantir une charge permanente du téléphone.La société française Wysips (What You See Is Photovoltaïc Surface) est à l'origine d'un composant capable de transformer n'importe quel support en surface productrice d'énergie solaire sans en changer l'aspect. Cette solution repose sur la superposition d'une couche de lentilles semi-cylindriques et de cellules photovoltaïques. L'effet optique généré permet de produire de l'électricité grâce à la lumière, qu'elle soit naturelle ou artificielle. Cette technologie contribue à réduire la taille de la batterie et à augmenter l'autonomie de l'appareil, tout en ayant une réserve d'énergie permanente. Elle peut s'appliquer à tout type d'écrans (téléphone portable, tablette, e-book, etc.).

Afin de faire connaitre ce type de solution, un smartphone entièrement fonctionnel, équipé de ce composant placé sous l'écran du téléphone, va être présenté au MWC de Barcelone, du 25 au 28 février. Wysips souhaite signer des accords de licence sur sa technologie et séduire les plus grands groupes de téléphonie mobile dans le monde pour équiper leurs futurs smartphones d'ici la fin de l'année. L'Académie de médecine a mis en garde contre l'utilisation abusive du principe de précaution après le dépôt d'une proposition de loi visant à limiter la puissance des antennes relais de téléphonie mobile, dont la nocivité n'a selon elle pas été confirmée."L'Académie regrette une initiative fondée sur un flou scientifique et réglementaire qui, ne pouvant se prévaloir en dernier recours que du principe de précaution, est de nature à renforcer artificiellement chez nos concitoyens un sentiment de peur et de défiance injustifié, mais préjudiciable en terme de santé publique", indique l'Académie dans un communiqué. Une proposition de loi a été déposée le 1er octobre dernier par Jean-David Ciot, député PS d'Aix-en-Provence, qui prévoit d'abaisser le seuil maximal d'exposition aux ondes électro-magnétiques.

Dans son communiqué, l'Académie de médecine souhaite "que les arguments scientifiques ne soient pas encore une fois occultés ou déformés" lors du débat parlementaire à venir. Elle rappelle notamment que diverses expertises, dont un rapport publié en 2009 par l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale et au travail (Afsset) sur les radiofréquences, ont confirmé "l'absence de risque des antennes relais".Seuls les portables et non les antennes relais ont jusqu'à présent été classés comme des "cancérogènes possibles" par le Centre International de recherche sur le cancer (CIRC). Les antennes relais, note l'Académie, entraînent une exposition aux champs électromagnétiques 100 à 100 000 fois plus faible que les téléphones portables: une exposition pendant 24 heures à une antenne à 1 volt donne la même exposition de la tête que de téléphoner avec un portable pendant 30 secondes.

Quant à la proposition parlementaire d'abaisser le seuil maximal d'exposition aux ondes électromagnétiques à 0,6 volt par mètre, elle "n'a aucune justification scientifique" selon l'Afsset. On risque de surcroît "d'augmenter sans justification l'exposition des quelque 90% des Français qui utilisent un portable" ajoute l'Académie, car avec la multiplication des antennes relais et la réduction de leur zone de couverture, "la puissance d'émission du portable augmente chaque fois qu'on passe d'une zone de couverture à une autre".En conclusion, l'Académie "met en garde contre une instrumentalisation systématique des inquiétudes de l'opinion", estimant que celle-ci aboutit à "une information biaisée par des a priori sans fondement scientifiques et à invoquer le principe de précaution de manière abusive et trompeuse". Le cabinet d'analystes Forrester Research publie une étude enregistrant la nette progression du phénomène Byod (Bring Your Own Device) en entreprise. De plus, pour les professionnels, le choix de plateformes techniques pour les terminaux mobiles se réduisent de plus en plus à l'iOS d'Apple ou à l'Android de Google.

Windows ? Mais où est Windows ? En regardant les chiffres de la dernière étude de Forrester Research sur les terminaux mobiles et le Byod, c'est la question qui vient à l'esprit. Si 258 millions de travailleurs dans le monde sont d'une façon ou d'une autre concernés par le Byod, les choix de plateformes techniques pour les nouveaux terminaux se résument globalement à l'iOS d'Apple contre l'Android de Google, si on excepte la tablette Surface sous Windows 8 RT. La mobilité est également une norme qui s'impose : 23% des professionnels travaillaient « n'importe où, n'importe quand » en 2011 contre 29% en 2012.Côté smartphones, selon cette étude, 36% des professionnels français utilisent un iPhone, 32% un terminal sous Android et 17% un Blackberry. Le choix du prochain terminal est aussi en faveur d'Apple : 20% pour iOS en France (33% dans le monde), 15% pour Android. Le Blackberry ne séduit plus que 7% des professionnels français. Windows clôt la liste avec 4% et une tendance encore à la baisse. Forrester Research estime à 208 millions le nombre d'iPhones souhaités par des professionnels comme prochain terminal de travail.

Alors que Microsoft a fait de sa stratégie « un OS pour tous les terminaux » le fer de lance du lancement de Windows 8, les professionnels ne semblent guère séduits pour l'instant. Les smartphones ne sont ainsi que peu envisagés sous Windows. En revanche, les tablettes Windows suscitent plus d'adhésion de la part des utilisateurs. En particulier, la tablette Surface intéresse 32% des professionnels dans le monde contre 26% pour iOS (12% actuellement équipés) et 12% pour Androïd (5% actuellement équipés). Mieux, selon Forrester Research, 200 millions de professionnels pourraient prochainement acquérir une tablette sous Windows. A l'inverse, si Apple séduit pour les smartphones et les tablettes, il ne fournit que 9% des ordinateurs professionnels dans le monde, avec cependant une tendance à la hausse.L'outil de travail de référence reste cependant le PC de bureau ordinaire pour 84% des travailleurs utilisant un ordinateur professionnellement. Celui-ci est choisi et financé par l'entreprise. Il en est autrement pour les portables, les smartphones et les tablettes. Le portable est choisi par l'utilisateur dans la majorité des cas (34% des professionnels contre 8% qui choisissent dans une liste et 22% qui ne choisissent pas du tout) mais financé encore par l'entreprise.

En revanche, les smartphones et les tablettes sont non seulement choisis mais financés par les professionnels eux-mêmes dans plus de la moitié des cas, le partage de coût étant marginal (2 à 3% des professionnels concernés).D'après les analystes, en participant au rachat de Dell avec l'apport de 2 Md$, Microsoft cherche à renforcer son alliance avec le Texan et à l'empêcher de se tourner vers des OS alternatifs, comme Linux.Les 2 milliards de dollars de prêts injectés par Microsoft dans Dell sont le signe que l'éditeur de logiciels souhaite influencer la conception de solutions hardware dans un monde post-PC tout en se protégeant contre l'influence croissante des OS basés sur Linux dans les terminaux mobiles et les serveurs, estiment les analystes. Hier, Michael Dell et la société de capital-investissement Silver Lake ont annoncé qu'ils avaient racheté la société Texane dans le cadre d'une transaction évaluée à 24,4 Md$. L'opération financière inclut le prêt de Microsoft qui a déclaré dans un communiqué qu'il considérait l'accord comme un engagement vers « la réussite sur le long terme de l'écosystème PC tout entier ».

Le rachat a été principalement financé en liquidités et capitaux propres par Michael Dell, avec un apport en numéraire de Silver Lake et de la société d'investissement de Michael Dell, MSD Capital. S'y ajoute un prêt de Microsoft de 2 milliards de dollars et le financement de la dette par plusieurs banques d'investissement, Bank of America Merrill Lynch, Barclays, Credit Suisse and RBC Capital Markets.En tant que troisième fabricant mondial de PC, Dell peut jouer de manière importante sur le succès des logiciels de Microsoft pour PC et serveurs. Pour les analystes, même si le prêt investi par la firme de Redmond ne représente pas une part importante sur la valeur totale de la transaction, l'éditeur ne dépense pas son argent à la légère et sa participation au rachat pourrait permettre à ce dernier d'influencer la conception du matériel dans le monde poste-PC, constitué d'ordinateurs portables tactiles, de tablettes et de smartphones.

  1. http://retrouve3.bravesites.com/blog
  2. http://retrouve3.sosblogs.com/
  3. http://retrouve3.mee.nu/

Les commentaires sont fermés.